La santé du chien loup de Saarloos

Publié par

Le chien loup de Saarloos est un animal solide qui ne tombe pas facilement malade. Cependant, il est très gourmand, un petit travers qui peut mener à des problèmes plus graves. De même, il peut être porteur de certaines maladies génétiques qu’il est préférable de faire diagnostiquer au plus vite.

La santé du chien loup de saarloos

Le chien loup de saarloos est un animal très rarement malade.

Un grand chien sportif, robuste et très goulu

Très rarement malade, le chien loup de Saarloos n’est pas un chien qui éternue au moindre refroidissement ou allergie. De même, sauf contact avec un animal malade ou un endroit contaminé, les risques d’attraper la teigne du chien sont réduits. Par contre, en regardant de plus près, le chien loup de Saarloos possède une tendance à aimer manger, voire à manger en trop grande quantité. Cela risque d’entraîner une torsion de l’estomac. Cet organe se gonfle alors de gaz, ce qui rompt un ligament de soutien de l’estomac et de la rate entraînant aussi le gonflement de la rate par le blocage de la circulation sanguine à ce niveau. Si ce n’est pas pris en charge par un vétérinaire en 2-3 heures maximum, le chien peut en mourir. Les symptômes suivants doivent vous alerter : le chien respire mal, tente de vomir, fait les 100 pas, son ventre gonfle. La seule chose à faire pour éviter la torsion de l’estomac : fractionner sa ration quotidienne en 2 ou 3 repas, ne pas lui laisser ingérer trop d’eau d’un coup et surtout ne pas le nourrir avant ou après une activité physique poussée.

Les risques génétiques du chien loup de Saarloos

Il peut être sujet à des maladies génétiques. Même si elles restent rares, savoir les appréhender peut vous aider. La plus fréquente est la dysplasie de la hanche, héritée de ses ancêtres bergers allemands, qui conduit l’animal à voir sa mobilité de l’arrière-train réduite avec l’âge. S’il est possible de la déceler dès ses premiers mois, c’est vers 15 mois environ qu’une radiographie peut confirmer les soupçons. Les solutions vétérinaires connues sont, pour le moment, un traitement anti-inflammatoire et/ou une chirurgie, voire un remplacement de la hanche. Ce sont des chiens fragiles qui doivent éviter les activités sportives trop rudes, mais il est indispensable de maintenir un peu d’activité physique pour éviter ce cercle vicieux.

La myélopathie dégénérative est, malheureusement, sans véritable traitement médical. Heureusement, c’est la plus rare. Souvent confondue avec la dysplasie des hanches, elle se caractérise par une raideur plus conséquente d’un côté de l’arrière-train qui mène parfois vers des blessures des pattes et/ou des griffes. Le chien malade perd de la force, devient incontinent et se paralyse. La suite tend vers une détérioration des organes internes sans que l’on ne puisse résoudre le problème.

N’ayant aucun caractère à risque pour sa vie, cette autre maladie génétique qu’est l’atrophie progressive de la rétine peut le toucher en moyenne à 10 ans, mais des cas ont été observés entre 5 et 12 ans. Il commence par ne plus voir correctement la nuit jusqu’à devenir aveugle.

Le nanisme hypophysaire fait partie de ces maladies du chien loup de Saarloos qu’on ne peut pas contrer sans risque pour l’animal. Quasi impossible à diagnostiquer quand il est chiot, c’est avec sa lente croissance qu’on peut commencer à se poser des questions. L’hormone de croissance ne remplit pas ses fonctions ce qui entraîne différents soucis comme un cycle irrégulier chez la femelle, de petits testicules chez le mâle, un poil de chiot persistant. La longévité de ces chiens excède rarement les 8 ans.

Avant de penser à tout cela, le vermifuger et le traiter contre les parasites extérieurs de façon régulière ainsi que le vacciner est le meilleur moyen d’avoir des animaux en bonne santé !

Tags associés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*