NOUVEAUTÉ : découvrez l'abonnement produit ►

Le FIV du chat : ce qu'il faut savoir sur le sida du chat

Publié le 2 mai 2018

Mis à jour le 2018-04-17 10:44:54

Le FIV (virus de l’immunodéficience féline) regroupe des similitudes avec le VIH humain au niveau de son développement dans le corps. Sa grande différence réside dans le fait qu’il ne se transmet qu’entre chats et n’affecte aucune autre espèce vivante. Comment le chat attrape ce virus ? Quelles sont les conséquences à plus ou moins long terme ?

fiv chat

 

Comment savoir si votre chat est atteint du FIV ?

Les chats qui sont le plus souvent porteurs du virus restent les chats de la rue et les chats de refuge vivant en groupe. C’est pourquoi, après l’adoption, il est conseillé de faire un dépistage du FIV, surtout si vous possédez déjà d’autres chats.

Ce test est pratiqué chez le vétérinaire. Quelques gouttes de sang et dix minutes suffisent à savoir si le chat est infecté.

 

Comment le FIV se transmet-il ?

La morsure de chat à chat est le principal vecteur de contamination, car le virus est présent uniquement dans le sang et la salive. Il faut un contact direct et prolongé pour que le FIV soit inoculé dans l’organisme d’un nouveau chat. Cependant, même si cela n’a pas été formellement démontré, il serait possible qu’un toilettage long et mutuel puisse être mis en cause, et un risque de transmission lors de la mise bas, de la tétée ou par voie sexuelle pourrait exister.

Il n’y a aucun risque de transmission par une litière souillée, par exemple, puisque le FIV ne survit pas longtemps à l’air libre.

 

Quels sont les symptômes du FIV ?

Un chat porteur du FIV peut vivre de nombreuses années sans montrer de véritables signes de maladie.

Par contre, l’atteinte des globules blancs, protecteurs du système immunitaire, marque l’installation effective de l’immunodéficience acquise du chat, caractérisée par une plus grande fragilité face aux bactéries et aux germes environnants.

L’animal positif au FIV perd plus facilement du poids, est plus léthargique, présente des inflammations de la bouche et des gencives, des problèmes digestifs, des conjonctivites, de la fièvre ou encore des affections dermiques, des ganglions gonflés, pour ne citer que ces problèmes.

Cette période de maladies, plus ou moins bénignes, s’étale sur plusieurs années sans que l’atteinte soit dramatique. Quand le FIV se réveille complètement, profitant de l’affaiblissement conséquent du chat, l’intensité des maux s’accélère.

 

Peut-on soigner et guérir le chat atteint du FIV ?

Aucun vaccin n’a été trouvé à ce jour, et le FIV est malheureusement incurable. Le meilleur moyen de limiter la propagation du virus reste la stérilisation, permettant de tempérer l’envie de bagarre lors des chaleurs et d’éviter la contamination d’autres chats.

Conserver son chat séropositif à l’intérieur, prévenir tout risque de maladie en le protégeant des parasites, en le faisant vacciner contre les pathologies telles que le coryza, en lui offrant une bonne alimentation pour chat sont des solutions pour ralentir le développement de la maladie. Dès qu’il semble malade, ne pas attendre pour mettre des traitements en place car il a plus de mal à se défendre et se remettre.

 

Le chat porteur du FIV ne demande qu’à être aimé et choyé par ses maîtres, comme n’importe quel autre animal domestique. Même si le savoir atteint est difficile à accepter, ses câlins vous le feront vite oublier !

 

Tags associés :
#Maladies du chat #Sida du chat
 

Articles pouvant vous intéresser...